Archives
LE SOFA

AFRIQUE DU SUD: le président Jacob Zuma démissionne

Embourbé dans les scandales, le président sud-africain Jacob Zuma a finalement annoncé mercredi soir 14 février sa démission « avec effet immédiat », cédant aux pressions de sa propre formation politique, le Congrès national africain (ANC).

Après une ultime bravade télévisée dans l’après-midi, le chef de l’Etat a annoncé en soirée qu’il obtempérait aux ordres de son parti, qui le menaçait d’un vote de défiance au Parlement.

C’est à la fin de son allocution télévisée que Jacob Zuma a finalement annoncé sa démission. Une démission qu’il dit motivée par la crainte de voir des violences ou des divisions au sein de son parti, l’ANC.

« Aucune vie ne devrait être perdue en mon nom. Mais aussi, l’ANC ne devrait jamais être divisé en mon nom. J’en suis arrivé à la décision de démissionner de mon poste de président de la République, une décision à effet immédiat. Même si je suis en désaccord avec le leadership de mon organisation. »

« Je dois accepter que mon parti et mes compatriotes veulent me renvoyer, a-t-il poursuivi. J’ai toujours été un membre discipliné de l’ANC. Aussi longtemps que je vivrais, je continuerai à servir le peuple sud-africain mais aussi l’ANC, l’organisation que j’ai servi toute ma vie. »

epuis son arrivée à la tête de l’ANC en décembre, le vice-président du pays, Cyril Ramaphosa, tentait d’obtenir un départ en douceur du chef de l’Etat, éclaboussé par les scandales, afin d’éviter une catastrophe électorale en 2019.

Faute d’une réponse de sa part, le parti avait décidé mercredi à la mi-journée de le forcer à quitter le pouvoir, en annonçant le vote dès jeudi d’une motion défiance dont l’issue ne faisait aucun doute. « J’ai été contraint de démissionner en raison de la motion de défiance », a expliqué le président lors de son allocution

 

 

Share This:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *